source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Dirk Vogel
Retour à la liste

Friedrich Schorlemmer

née en 1944 à Wittenberge

Cela ne relève sûrement pas du hasard historique, si, depuis 1978, le théologien Friedrich Schorlemmer, après des étapes à Halle et Merseburg, enseigna à Wittemberg, dans la ville de Luther, et y prêcha à l'église du château. Même s'il ne faisait pas l'unanimité sur ce point, lui-même se voyait dans le rôle d'un disciple docile de Luther. Il provoqua le gouvernement à plusieurs reprises, mais ne chercha pas à abolir le socialisme comme idée pour la RDA. Comme son grand maître à penser, il ne manqua pas de heurter les sensibilités de tout le monde : celle de l'État, de la hiérarchie de l'Église évangélique (depuis 1976 il était membre du synode) et des comités à la base. Il était et restera toujours hétérodoxe, parce qu'il n'a jamais été attaché à une école, pour autant que sa conscience individuelle n’y avait pas de place.

Friedrich Schorlemmer se fit connaître en 1983. Il compta parmi ces pasteurs, qui, malgré les tentatives d'intimidation de l'État et de l'Église, maintinrent leur revendication pacifique, résumée par le slogan : „Transformez vos épées en socs de charrue“. Bien plus tôt que d'autres, il renonça à l'idée d'une Église dans le socialisme. En septembre 1987, il parlait de la ruine de cette idée et décrivait un pays, dont l'espoir était tout autant en ruine que ses perspectives d'avenir. En juin 1988, Schorlemmer tint un discours au nom de cercle pacifiste de Wittemberg pendant le Rassemblement de l'Église à Halle, dont il ressortit 20 thèses pour le renouveau de la société. Il y réclamait des changements dans les structures sociales. Pour lui, la société était détraquée. L'État devait renoncer à ses prétentions de toute-puissance et d'omniscience. Quelques mois plus tard, Schorlemmer réclama la formation d'une opposition légale à l'image de ce qui se passait en Pologne et en Hongrie.

C'est donc tout naturellement que Friedrich Schorlemmer fit partie du petit comité préparant, à partir de l'été 1989, la création de Demokratischer Aufbruch (réveil démocratique) et mena à bien sa fondation en octobre. Le 4 novembre 1989, il fit partie des orateurs sur Alexanderplatz. En janvier 1990, il quitta, avec d’autres militants, le Demokratischer Aufbruch, qui devenait trop conservateur et s'inspirait trop des idées des chrétiens-démocrates ouest-allemands. Schorlemmer adhéra alors au SPD.

Il restera un homme combatif et batailleur. Au cours des deux dernières décennies, il prit régulièrement position dans les débats publics. Schorlemmer compte parmi les seules voix est-allemandes indépendantes qui sont entendues dans les deux parties du pays. Depuis de nombreuses années, il est la bête noire d'anciens opposants de la RDA, parce qu'il plaide pour une politique de rapprochement avec l'aile ultra-rouge. Mais jamais il n'a cédé à la tentation de relativiser le caractère contraignant de la situation en RDA. En cela, il est toujours resté fidèle à lui-même et à Luther : Friedrich Schorlemmer s'est acclimaté bien plus vite dans la nouvelle Allemagne que nombre de ses critiques.

Ilko-Sascha Kowalczuk

Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang