source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Dirk Vogel
Retour à la liste

Jens Reich

née en 1939 à Göttingen

Pour beaucoup, résister à l'étroitesse du monde petit-bourgeois de la RDA revenait à adopter une attitude anti-bourgeoise. Cette attitude fera que plus tard l'opposition, puis le mouvement pour les droits civiques auront du mal à se faire accepter, entendre et être pris au sérieux par une certaine couche de la société. Le professeur Jens Reich parviendra à bâtir des ponts, consciemment ou inconsciemment d'ailleurs. Il deviendra le symbole de ralliement d'un mouvement de libération confus, mais puissant. Le Neues Forum, dont il fut l'un des initiateurs, puisait justement sa force dans son appel, formulé de façon très claire, il restait très ouvert, précis et incertain à la fois, ce qui interpellait presque tout le monde. Et c'est parce que tous ces hommes et ces femmes issus de presque toutes les régions et de tous les groupes sociaux avaient propagé cet appel, qu'il avait eu cet impact. Personne n'avait pu se dérober à cet appel sous prétexte qu’il émanait d’une poignée de Berlinois ou Lipsiens, lancé uniquement par des théologiens, des militants pour les droits civiques ou des candidats à l'émigration. Presque tout le monde y était représenté, et il y avait même un professeur dans leurs rangs, ce qui a largement contribué à la mobilisation de masse.

Médecin et biologiste moléculaire, il fêta ses 50 ans en mars 1989. Depuis l'année fatidique de 1968, il était membre de l'académie des sciences. À partir du milieu des années 1980, Jens Reich s'investit dans le milieu des opposants. Il publia des articles à l'Ouest sous un pseudonyme. Bärbel Bohley et Katja Havemann reconnurent en Reich l’une de ces personnes indispensables à leur projet de fédération d’un large mouvement.

Tout comme Rolf Henrich, Reich avait un texte presque prêt lorsqu'il se rendit à la rencontre fondatrice du Neues Forum les 9 et 10 septembre 1989, à Grünheide, près de Berlin. Après quelques débats, les deux textes furent refondus pour former l'appel à constitution. Dans les semaines et les mois qui suivirent, le visage et la voix de Jens Reich furent parmi les plus connus du réveil révolutionnaire. Le 4 novembre 1989, il tint un discours au nom de Neues Forum sur Alexanderplatz, à Berlin-Est. Plus tard, il sera son représentant à la Chambre du Peuple élue librement. Son tempérament calme et posé conférait au mouvement pour les droits civiques une autorité que beaucoup de personnes contestaient à la plupart des militants à cause de leur attitude anti-bourgeoise. En 1994, sa candidature indépendante à la présidence de la République, lui valut beaucoup de sympathies, mais n’ayant aucune chance dans la partie de poker entre les grands partis, il retournera vite à la science.

Jens Reich et Richard Schröder, bien que n'exerçant aucune fonction politique, comptent parmi les seuls intellectuels est-allemands, qui depuis 20 ans ont un poids dans les deux parties du pays. De nombreux honneurs et distinctions en témoignent, notamment la nomination de Reich au Conseil national d'éthique (Nationaler Ethikrat), dont il fait partie depuis dix ans.

Ilko-Sascha Kowalczuk

Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang