Robert-Havemann-Gesellschaft/Frank Ebert

Église de la Samaritaine

Le Cercle Pour la Paix qui se réunissait dans l'église du bon samaritain a été, dans les années 80, l'un des groupes d'opposition d'Allemagne de l'Est les plus connus. En Mai 1989, le groupe a participé à la campagne dénonçant les fraudes électorales. Dans les locaux de l'église, s'est réuni le groupe de coordination électorale pour collecter les résultats de chacun des bureaux de vote et les comparer avec les résultats officiels du gouvernement. 

En Juin 1989 des membres de l'opposition ont fait résonner des tambours dans l'église en signe de protestation contre la sanglante répression du mouvement démocratique en Chine par leurs dirigeants communistes. A partir de septembre 1989, de nouveaux groupes d'opposition comme par exemple Réveil Démocratique ont organisé dans les lieux des manifestations. 

L'église était déjà réputé grâce aux activités de son pasteur Rainer Eppelmann qui a pris sous sa protection des gens menacés politiquement et a critiquer ouvertement la situation politique en Allemagne de l'Est. Il a célébré des messes avec de la musique blues qui ont insufflé une énergie nouvelle auprès des activités sociales et de la jeunesse au sein de la paroisse. 

Le parti unique et communiste de l'état, le SED, a interprèté les critiques proférées ici, comme une menace à l'encontre de son autorité. La première messe blues à été célébré le premier Juin 1979. L'engouement fut tel que des centaines de jeunes sont venus de toute l'Allemagne de l'Est pour suivre les autres cérémonies. 

Drumming in protest against the massacre on Beijing’s Tiananmen Square in summer 1989.
Quelle: Robert-Havemann-Gesellschaft/Siegbert Schefke
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang