Manifestation du syndicat polonais Solidarność à Częstochowa, ville de pèlerinage en Pologne. Le syndicat illégal Solidarność devient un mouvement de masse qu'on ne pourra plus arrêter.
Source: AP Photo

Faire la paix sans les armes

Le 19 mai 1983, Andreas Friedrich, membre d'une communauté pacifique d'Iéna, la Friedensgemeinschaft, se mêle avec sa propre banderole à un défilé de la FDJ, le mouvement de jeunesse officiel. Les membres de la Friedensgemeinschaft ainsi que leurs actions publiques marquent durablement le développement de l'opposition politique de la RDA.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Bernd Albrecht
Ce groupe de femmes qui s'engagent pour la paix, Frauen für den Frieden, appelle dès 1982 au désarmement et prend position contre la militarisation de la RDA. Des membres du groupe sont arrêtés à plusieurs reprises. Stand d'information dans le jardin de l'église de la Rédemption de Berlin-Est le 3 juillet 1983 : Barbe Linke, Katja Havemann et Gisela Metz (de gauche à droite).
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
L'objecteur de conscience Martin Böttger (debout) dans le jardin de l'église de la Rédemption de Berlin-Est, le 27 juin 1982. Par le mot d'ordre « Des mains pour la paix », les participants demandent l'introduction d'un service civil.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Inauguration d'une exposition en janvier 1984, à l'église Saint-Bartholomé de Berlin-Est. À partir de 1984, celle-ci hébergera le Musée pour la paix et à partir de 1985 également la Bibliothèque pour la paix. Les expositions qui y ont lieu attirent de nombreux visiteurs venus de tout le pays.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Séminaire de la paix en mai 1981, à Königswalde (Saxe). Dès 1973, les séminaires pour la paix organisés par l'Église ont lieu à cet endroit. Au début des années 1980, des centaines de jeunes participent à ces rencontres. Ils veulent s'engager pour la paix indépendamment du paternalisme de l'État.
Source: Martin-Luther-King-Zentrum für Gewaltfreiheit und Zivilcourage/Werdau
Forum de la paix à l'église de la Sainte-Croix de Dresde le 13 février 1982, date anniversaire du bombardement de Dresde pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus de 5 000 personnes participeront ensuite à la marche silencieuse pour rejoindre les ruines de la Frauenkirche (l'église Notre-Dame), où elles allumeront un cierge.
Source: Steffen Giersch/Dresden
« L'Appel de Berlin » lancé par le détracteur du régime Robert Havemann et le pasteur Rainer Eppelmann en décembre 1981. Publié en janvier 1982, l'appel est le premier manifeste commun soutenu par les différents groupes du mouvement pacifiste. Malgré les répressions, plus de 2 000 personnes signent l’appel.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
« L'Appel de Berlin » lancé par le détracteur du régime Robert Havemann et le pasteur Rainer Eppelmann en décembre 1981. Publié en janvier 1982, l'appel est le premier manifeste commun soutenu par les différents groupes du mouvement pacifiste. Malgré les répressions, plus de 2 000 personnes signent l’appel.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Carton d'invitation à un atelier de la paix en juillet 1983 à l'église de la Rédemption de Berlin-Est. Jusqu'à 3 000 participants venus de l'ensemble de la RDA participent aux ateliers de la paix qui ont lieu chaque année à Berlin. Les manifestations de masse permettent d'échanger des informations non censurées et de participer à des débats politiques en public.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang