Manifestation du syndicat polonais Solidarność à Częstochowa, ville de pèlerinage en Pologne. Le syndicat illégal Solidarność devient un mouvement de masse qu'on ne pourra plus arrêter.
Source: AP Photo

Pour une éducation et une culture différentes

[Translate to Französich:] Eltern gründen 1980 einen Kinderladen im Ostberliner Stadtteil Prenzlauer Berg. Sie wollen ihre Kinder nicht den staatlichen Kinderkrippen überlassen, sondern über die Betreuung selbst bestimmen. Der SED-Staat sieht in dieser Eigeninitiative seine kommunistische Erziehung infrage gestellt und veranlasst im Dezember 1983 eine Zwangsräumung.
Source: Der Bundesbeauftragte für die Unterlagen des ehemaligen Staatssicherheitsdienstes der DDR
[Translate to Französich:] Sprengung eines Gasometers im Ostberliner Stadtteil Prenzlauer Berg 1984. Die SED lässt drei Gasometer sprengen, um ein Neubauviertel und einen Aufmarschplatz für Kundgebungen zu errichten. Bürgerproteste gegen diese Zerstörung historisch wertvoller Industriebauten haben keinen Erfolg.
Dans les années 1980, la direction du SED veut faire construire un axe routier dont le tracé passe par le cimetière juif de Berlin-Weißensee. À partir de 1986, le comité des Femmes pour la paix proteste contre ce projet et mobilise l'opinion publique. Le projet sera finalement abandonné.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
À l'automne 1988, des lycéens sont exclus de leur établissement pour des raisons politiques. Partout en RDA, des personnes se solidarisent et discutent des dysfonctionnements du système éducatif. Marianne Birthler (en haut à gauche) crée l'école du soir en faveur d'un enseignement différent, Anders lernen. Les jeunes y apprenaient à traiter de façon autonome des sujets tabous dans les écoles est-allemandes.
Source: Privatarchiv Marianne Birthler
Délabrement du quartier hollandais de Potsdam, autour de 1989. Dans de nombreuses villes de la RDA, des bâtiments historiques de valeur tombent en ruine parce que l'État les laisse se détériorer. Des particuliers constituent des dossiers sur l'état de ces bâtiments et mettent en garde contre la disparition d’un patrimoine historique, d’autres fondent des comités de sauvegarde.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Siegbert Schefke
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang