Piquets de protestation contre la nomination d'Egon Krenz à la présidence du Conseil d'État, le 24 octobre 1989, devant le bâtiment du Conseil d'État à Berlin-Est.
Source: picture-alliance/dpa/Wolfgang Kumm

Le 9 novembre 1989 – la chute du Mur

La population de la RDA réclame la levée des restrictions de voyage. Après l’annonce d’une nouvelle réglementation sur les déplacements, les Berlinois de l’Est affluent vers les postes-frontières. Ils obtiennent l'ouverture des frontières dans la même nuit.

Depuis l'été 1989, le mouvement de fuite n'en finit pas. Dans les premiers jours de novembre, ils sont déjà plusieurs milliers à avoir quitté la RDA. Pour le gouvernement, la situation devient insoutenable. Le soir du 9 novembre, lors d'une conférence de presse internationale, Günter Schabowski annonce au nom du gouvernement une nouvelle réglementation sur les déplacements, la plus libérale de toutes depuis la construction du Mur.

L'administration prévoyait des déplacements réglementés avec passeports et visas. Les nouvelles dispositions ne devaient prendre effet que le lendemain de leur annonce. Mais la conférence de presse est retransmise en direct par la télévision est-allemande. La télévision ouest-allemande annonce une heure plus tard : « La RDA ouvre ses frontières ». De plus en plus de Berlinois de l'Est se rendent aux différents points de passage le long du Mur. Ils poussent les gardes-frontières pris au dépourvu à appliquer sur le champ la réglementation annoncée. 

Peu après minuit, tous les postes-frontières sont ouverts. La guerre froide et la séparation du monde en deux blocs ennemis est terminée. La télévision ouest-allemande véhicule les images de cette nuit dans le monde entier. 

Dans la nuit du 9 novembre 1989, sur pression des Berlinois de l'Est, le poste-frontière situé à Bornholmer Straße est le premier passage vers l'Ouest qui s'ouvre.
Source: Andreas Schoelzel
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang