Piquets de protestation contre la nomination d'Egon Krenz à la présidence du Conseil d'État, le 24 octobre 1989, devant le bâtiment du Conseil d'État à Berlin-Est.
Source: picture-alliance/dpa/Wolfgang Kumm

Leipzig en ébullition

En septembre 1988, l'inspecteur ecclésiastique de Leipzig, Friedrich Magirius, ne permet plus aux opposants d'organiser à leur guise les prières qui ont lieu à l'église Saint-Nicolas le lundi. En réaction, le 24 octobre 1988, Udo Hartmann, Frank Sellentin, Rainer Müller, Anita Unger et Uwe Schwabe (de gauche à droite) affichent leurs opinions sur des banderoles visibles à chacun. Ils en sont réduits à faire la lecture de leurs revendications devant l'église. La voie est tracée pour les futures manifestations du lundi, il n’y a plus qu’un pas.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig/Christoph Motzer
Sur la place du marché de Leipzig, Fred Kowasch, représentant des groupes d'opposants de cette ville, s’adresse le 15 janvier 1989 aux participants de la manifestation en l’honneur de Luxemburg et Liebknecht, qui n’avait pas été autorisée.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig
Le 15 janvier 1989, environ 500 manifestants parviennent à faire avancer le cortège sur quelques centaines de mètres dans le centre-ville de Leipzig. Puis les forces de l'ordre interviennent et dispersent les manifestants. De nombreuses arrestations s'ensuivront.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig
[Translate to Französich:] Mitglieder der oppositionellen Szene in Leipzig versuchen Anfang Juni 1989, ein Straßenmusikfestival zu organisieren. Die Veranstaltung wird nicht genehmigt. Trotzdem kommen 15 Musik- und Theatergruppen aus der ganzen DDR am 10. Juni 1989 nach Leipzig, um in der Innenstadt zu spielen.
Source: Archiv-Bürgerbewegung-Leipzig/Rainer Kühn
Le 4 septembre 1989, Katrin Hattenhauer et Gesine Oltmanns déroulent cette banderole dans le centre-ville de Leipzig. La Stasi la leur arrachera des mains. Une semaine plus tard, la police politique arrête Katrin Hattenhauer.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Bernd Wiech
Pendant la prière pour la paix à l'entrée de l'église Saint-Nicolas, le 25 septembre 1989.
Source: Johannes Beleites
Le lundi 25 septembre 1989, 5 000 personnes manifestent pour la première fois sur le boulevard circulaire de Leipzig. La police n'intervient pas parce qu'elle n'est pas préparée à ce genre de situation.
Source: Johannes Beleites
Le 7 octobre 1989, le jour du 40e anniversaire de la fondation de la RDA, 4 000 personnes manifestent dans le centre-ville de Leipzig. Armées de matraques, de chiens et de canons à eau, les forces de l'ordre s'en prennent aux manifestants. Il y aura un grand nombre de blessés et d’arrestations.
Source: Gerhard Gäbler/Leipzig
Le 7 octobre 1989, le jour du 40e anniversaire de la fondation de la RDA, 4 000 personnes manifestent dans le centre-ville de Leipzig. Armées de matraques, de chiens et de canons à eau, les forces de l'ordre s'en prennent aux manifestants. Il y aura un grand nombre de blessés et d’arrestations.
Source: Martin Jehnichen
Le 7 octobre 1989, le jour du 40e anniversaire de la fondation de la RDA, 4 000 personnes manifestent dans le centre-ville de Leipzig. Armées de matraques, de chiens et de canons à eau, les forces de l'ordre s'en prennent aux manifestants. Il y aura un grand nombre de blessés et d’arrestations.
Source: Martin Jehnichen
Le 12 janvier 1989, Initiative zur demokratischen Erneuerung unserer Gesellschaft (comité pour le renouveau démocratique de la société) appelle à manifester lors de la manifestation commémorative en l’honneur de Luxemburg et Liebknecht. Les initiateurs distribuent des tracts lors d'une action nocturne. La Stasi arrête une partie des auteurs des tracts en amont de la manifestation, qui aura lieu malgré tout.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig
Un groupe d'information pour la libération des détenus, actif à Leipzig et à Berlin, parvient à alerter l'opinion internationale immédiatement après les arrestations du 15 janvier 1989. Une grande vague de solidarité se forme en faveur des détenus. Pétition des Verts à Hanovre.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig
À Berlin-Est, des veillées de prière sont organisées en faveur des personnes arrêtées le 11 septembre 1989. Des actions de solidarité semblables ont lieu dans tout le pays. Depuis le début du mois d'octobre 1989, une veillée pour la paix en faveur de tous les prisonniers politiques se tient à l'église de Gethsemané, à Berlin-Est.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Pétition de Rostock datée du 12 octobre 1989, en soutien aux manifestants de Leipzig, qui ont été arrêtés le 11 septembre 1989 après la prière pour la paix et qui sont toujours en détention, un mois après leur arrestation.
Source: Archiv Bürgerbewegung Leipzig
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang