Piquets de protestation contre la nomination d'Egon Krenz à la présidence du Conseil d'État, le 24 octobre 1989, devant le bâtiment du Conseil d'État à Berlin-Est.
Source: picture-alliance/dpa/Wolfgang Kumm

Révoltes en chemin

Plusieurs trains pour la RFA en provenance de Prague, avec à bord des fugitifs est-allemands, sont contraints de traverser le territoire de la RDA. Ceci déclenche des émeutes le long de la ligne. Les personnes désireuses de quitter le pays voient leur fuite à portée de main. Elles tentent de monter dans les trains. Le SED réagit violemment.

Trains de fugitifs à l'automne 1989 : à bord de trains spéciaux, les fugitifs est-allemands à l'ambassade de Prague rejoignent la RFA en traversant les territoires de la RDA.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Graphik eckedesign
[Translate to Französich:] Ihre Forderung nach Freiheit formulieren Ostdeutsche im Herbst 1989 immer häufiger an öffentlich Orten. An einer Bahnstrecke im Bezirk Dresden dokumentiert die Stasi diese Losungen: "Freiheit für alle“ und „DDR 5 nach 12“.
Source: Bundesbeauftragter für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR
Les premiers trains avec des réfugiés est-allemands à leur bord traversent la frontière germano-allemande au petit matin du 1er octobre 1989.
Source: AP Photo/Helmut Lohmann
L'armée et la police bouclent la gare centrale de Dresde.
Source: Rigo Pohl
Manifestations devant la gare centrale de Dresde.
Source: Rigo Pohl
Colère de la population : véhicule de police renversé devant la gare de Dresde, le 4 octobre 1989.
Source: David Adam
La police a recours aux canons à eau sur la place de la gare à Dresde, le 4 octobre 1989.
Source: David Adam
Après les actions de protestation devant la gare centrale, la troupe du théâtre de Dresde rédige la résolution « Wir treten aus unseren Rollen heraus » (nous sortons de notre rôle) et la lit à l’issue d’une représentation, le 6 octobre. Le public enthousiaste applaudit longuement. Le théâtre accueillera régulièrement la lecture de ce type de textes à partir de l’automne 1989.
Source: HL Böhme
[Translate to Französich:] In Freiberg geht die Polizei mit Hundestaffeln gegen Demonstranten vor, die sich am 4. Oktober 1989 am Bahnhof eingefunden haben. In der Nacht wird der Bahnhofsvorplatz brutal geräumt und Demonstranten festgenommen.
Source: Bundesbeauftragter für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR
[Translate to Französich:] Am Hauptbahnhof in Karl-Marx-Stadt kommt es am 4. Oktober 1989 zu gewalttätigen Auseinandersetzungen. Ausreisewillige besetzen die Gleise, sogar Mütter mit Kindern sind unter ihnen.
Source: Volkmar Zschocke
[Translate to Französich:] Auf dem Bahnhof in Reichenbach halten die Züge eine Stunde wegen des Lokwechsels. Mit Schlagstöcken und Hunden geht die Polizei gegen Neugierige und Reisende vor.
[Translate to Französich:] Plauener warten am Oberen Bahnhof auf die Sonderzüge mit den Botschaftsflüchtlingen aus Prag.

La direction du SED tient à expulser officiellement les fugitifs de Prague et exige que leur sortie du territoire se fasse par un itinéraire sur le sol de la RDA. Au début du mois d'octobre 1989, des trains spéciaux roulent vers la RFA. Parallèlement, la RDA ferme ses frontières vers la Tchécoslovaquie. Ainsi se ferme le chemin vers l’Ouest via Prague. 

Pour cette raison, beaucoup de candidats à l’émigration occupent les voies de chemin de fer et la gare de Dresde. La situation s’envenime. Les manifestations belliqueuses mènent les 3 et 4 octobre à la proclamation de l'état d'urgence en gare de Dresde. Les interventions de la police se soldent par de nombreuses arrestations et des blessés. Elles se poursuivront les jours suivants.

Encerclés par les forces de sécurité, les manifestants dépêchent le 8 octobre spontanément quelques-uns de leurs représentants pour tenter de désamorcer la violence de la situation. Ce groupe, nommé Gruppe der 20, parviendra finalement à négocier avec le maire SED de la ville.

Profitant d'un court arrêt de service, trois personnes réussissent à grimper à bord l'un des trains spéciaux en provenance de Prague. Elles parviennent ainsi à fuir en RFA. Rapport de la police des transports de la RDA daté du 1er octobre 1989.
Source: Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR
Le 3 octobre 1989, la RDA ferme ses frontières avec la Tchécoslovaquie. La fuite par Prague devient ainsi impossible. Dépêche dans le journal du SED Neues Deutschland, daté du 4 octobre 1989.
Source: Neues Deutschland, 04.10.1989
Lettre adressée par un policier de la brigade anti-émeute à son aumônier après l'intervention contre les manifestants au début du mois d'octobre 1989 à Dresde. En RDA, les appelés du contingent servent dans les brigades mobiles.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Après les actions de protestation devant la gare centrale, la troupe du théâtre de Dresde rédige la résolution « Wir treten aus unseren Rollen heraus » (nous sortons de notre rôle) et la lit à l’issue d’une représentation, le 6 octobre. Le public enthousiaste applaudit longuement. Le théâtre accueillera régulièrement la lecture de ce type de textes à partir de l’automne 1989.
Source: Staatsschauspiel Dresden

Video

4.Oktober 1989 in Dresden im Hauptbahnhof

Video

4.Oktober 1989 in Dresden vor dem Hauptbahnhof

Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang