Les « picoreurs du Mur », le 10 novembre 1989 in Berlin. Les citoyens se mettent eux-mêmes à démolir le Mur. La démolition officielle commence elle aussi en novembre 1989 sur Potsdamer Platz et se poursuit à partir du 20 février 1990 entre la Porte de Brandebourg et la baraque de contrôle « Checkpoint Charlie ».
Source: Bundesregierung/Uwe Rau

Pas d'expérimentation

Depuis novembre 1989, l'opinion de la rue subit un revirement. La croyance à une RDA réformable faiblit. Le slogan « Wir sind das Volk ! », « Nous sommes le peuple » se transforme peu à peu en « Wir sind ein Volk ! », « Nous sommes un peuple ». Le nouveau Parlement de la RDA, élu lors des premières élections libres en mars 1990, opte pour l’unité allemande.

Accueil du chancelier Helmut Kohl, le 19 décembre 1989 à Dresde.
Source: ullstein bild/Vario-Press

Certains mouvements civiques fondés à l'automne 1989 mobilisent pour des réformes dans le pays et un rapprochement successif des deux États allemands. Les sceptiques de la réunification à l’Est comme à l'Ouest craignent qu'on ne brade la RDA et mettent en garde contre la résurgence de l'idéologie nationaliste en Allemagne. Parallèlement, la crise économique et politique devient de plus en plus manifeste. La population est à bout de patience. Le désir d'une réunification allemande devient plus pressant. 

Dans un premier temps, les hommes politiques de l'Ouest préconisent une fusion progressive de la RDA et de la RFA. Mais la pression de la rue pousse à agir plus vite. Les premières élections démocratiques de la RDA ont lieu le 18 mars 1990. Le vainqueur s'appelle Allianz für Deutschland, l'alliance pour l'Allemagne, qui plaide pour une réunification rapide des deux États allemands. 

Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang