Les « picoreurs du Mur », le 10 novembre 1989 in Berlin. Les citoyens se mettent eux-mêmes à démolir le Mur. La démolition officielle commence elle aussi en novembre 1989 sur Potsdamer Platz et se poursuit à partir du 20 février 1990 entre la Porte de Brandebourg et la baraque de contrôle « Checkpoint Charlie ».
Source: Bundesregierung/Uwe Rau

La bataille autour de la «propriété du peuple»

En RDA, le parti d'État du SED, ses organisations de masse et les partis associés ont accumulé de grandes fortunes. En juin 1990, le Parlement charge une commission indépendante d'évaluer cette fortune. Mais d'anciens fonctionnaires parviennent à détourner plusieurs milliards. Ils fondent des entreprises, accordent des prêts généreux à des membres du Parti, font des donations à des institutions proches du Parti et font jouer leurs contacts avec l'étranger. 

À l'initiative de la table ronde Zentraler Runder Tisch, le gouvernement de la RDA crée au début du mois de mars la Treuhandanstalt, la société fiduciaire chargée de l'administration des entreprises publiques. Au printemps 1990, l'état de faillite des entreprises de la RDA apparaît dans toute son ampleur. À partir de juin 1990, la Treuhand se concentre sur la privatisation des quelque 10 000 entreprises nationalisées. Jusqu’au mois d'octobre, elle ne vend même pas 200 entreprises. Les raisons à cela sont la nécessité d’un redressement important, l'endettement élevé, le flou des droits de propriété et la disparition rapide des marchés.

La question de la propriété est violemment controversée. Pour les expropriations commises par le régime communiste de 1949, la priorité est donnée, à quelques exceptions près, au principe de la restitution plutôt que de la compensation (Rückgabe vor Entschädigung).

Manifestants demandant la juste répartition de la fortune accumulée par le SED, le 10 décembre 1989 à Berlin-Est. Le nouveau parti SED-PDS saura empêcher cela.
Source: Hans-Peter Stiebing
La participation des citoyens de la RDA à la « propriété du peuple » par « l’émission d’actions populaires », est une revendication récurrente, comme ici, lors d'une manifestation électorale du SPD à Leipzig, le 25 février 1990. La Tchécoslovaquie émet de tels titres, mais l'initiative échoue, les actions perdant toute leur valeur à cause des problèmes économiques.
Source: Johannes Beleites
Le patrimoine des partis et des organisations de masse de la RDA : valeur totale 1 604 500 millions d'euros. À partir du 1er juin 1990 et jusqu'en août 1989, la fortune accumulée par les cinq partis et les 18 organisations de masse est gérée par une commission d'évaluation indépendante (UKPV). Dans son rapport final, elle constate que le SED-PDS « poursuivait une stratégie de dissimulation de sa fortune ».
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Graphik eckedesign
L'ancienne Maison des ministères héberge la Treuhandanstalt de Berlin de 1990 à la fin de 1994 (aujourd'hui appelée Maison Detlev-Rohwedder). La société fiduciaire fait l’objet de diverses critiques. On lui reproche, entre autres, un manque d'organisation, d’avoir fait traîner en longueur des liquidations et d’avoir favorisé des d'investisseurs venant de l'Ouest.
Source: picture-alliance/ZB/Jan Bauer
In the summer of 1990, former East German party and state functionaries stashed away millions of Marks. Cash was smuggled out of the SED-PDS headquaters in this bag in 1990.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Frank Ebert
La RDA avait dépossédé les propriétaires terriens et avait redistribué les terres à de nouveaux propriétaires. Après la réunification, ces biens immobiliers devaient revenir à leurs anciens propriétaires. Les propriétaires du temps de la RDA saisissent la Cour européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg. Ils sont déboutés en 2005.
Source: picture-alliance/dpa/dpaweb/Rolf Haid
Le 19 octobre 1990, la police perquisitionne au siège du PDS, le parti issu du SED. Le Parti est suspecté d'avoir soustrait une partie des biens du SED à l'administration de la société fiduciaire Treuhandanstalt. Caricature parue dans le journal Kieler Nachrichten, le 27 octobre 1990
Source: Horst Haitzinger
Le 6 décembre 1989, la radio de la RDA annonce que d'anciens fonctionnaires de la Stasi tentent de faire passer à l'étranger des fonds détournés. Au minimum l’équivalent de 107 millions de Deutsche Marks auraient ainsi été transférés à l'étranger de manière illégale.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/BStU-Kopie
Le 6 décembre 1989, la radio de la RDA annonce que d'anciens fonctionnaires de la Stasi tentent de faire passer à l'étranger des fonds détournés. Au minimum l’équivalent de 107 millions de Deutsche Marks auraient ainsi été transférés à l'étranger de manière illégale.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft/BStU-Kopie
En février 1990, les représentants de Demokratie Jetzt proposent de mettre en place la Treuhandanstalt, une société fiduciaire chargée de défendre le droit de participation de la population est-allemande à propriété dite « du peuple ». Les citoyens favorables à l'émission de titres de participation font circuler une pétition.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft
Source: Archiv Peter Wensierski/DER SPIEGEL
Un papier interne au Parti signé Wolfgang Langnitschke, le stratège financier du PDS, adressé au vice-président du Parti, Wolfgang Pohl, daté du 25 avril 1990. Ce document révèle la stratégie mise en œuvre par le PDS pour détourner le patrimoine du SED sauvée de la dissolution.
Source: Archiv Peter Wensierski/DER SPIEGEL
Un papier interne au Parti signé Wolfgang Langnitschke, le stratège financier du PDS, adressé au vice-président du Parti, Wolfgang Pohl, daté du 25 avril 1990. Ce document révèle la stratégie mise en œuvre par le PDS pour détourner le patrimoine du SED sauvée de la dissolution.
Source: Archiv Peter Wensierski/DER SPIEGEL
Source: Archiv Peter Wensierski/DER SPIEGEL
In the summer of 1990, former East German party and state functionaries stashed away millions of Marks. Seven-figure sums were noted on the receipts.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft / Peter Wensierski
[Translate to Französich:] Im Sommer 1990 schaffen ehemalige Partei- und Staatsfunktionäre der DDR Milliardenbeträge beiseite. Siebenstellige Beträge werden auf den Quittungen vermerkt.
Source: Robert-Havemann-Gesellschaft / Peter Wensierski
Source: Archiv Peter Wensierski/DER SPIEGEL
Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang