source: Robert-Havemann-Gesellschaft/Dirk Vogel
Retour à la liste

Martin Klähn

née en 1959 à Crivitz

Dans l'illustre cercle des premiers signataires pour le comité civique Neues Forum, qui s'était réuni dans la propriété de Katja Havemann les 9 et 10 septembre 1989, à Grünheide, Martin Klähn, alors âgé de 29 ans, n'était pas seulement l’un des plus jeunes, mais il n'avait pas été convié, comme en avaient convenu Bärbel Bohley, Katja Havemann et Rolf Henrich. Cet ingénieur du bâtiment avait entendu parler de la rencontre imminente au hasard d'une discussion lors d'une assemblée de l'amicale des objecteurs de conscience. Il décida alors de s'y rendre. Rolf Henrich, averti de cette visite, s’opposa à sa participation dans un premier temps. Mais Klähn était fermement décidé et s'y rendit quand même. C'est ainsi qu'il devint le seul représentant venant du Nord de la RDA. En effet, Heiko Lietz, qui était attendu à la réunion, n'était pas venu, parce qu'il s’attendait à une énième table ronde et non à un passage à l'acte. Martin Klähn pensait également qu'il ne s'agirait que d'un cercle de discussion de haut niveau. Peu après son arrivée à Grünheide, il remarqua que l'enjeu était tout autre. Mais il était loin, tout comme les autres participants, de se douter de l’impact formidable que cette rencontre allait avoir.

De retour à Schwerin, avec l’aide de collègues, il reproduisit clandestinement dans l'entreprise où il travaillait l'appel à constitution et collecta des signatures. Son appartement de Schwerin devint le premier centre du Neues Forum dans cette ville. Ici aussi, l'affluence prit tout le monde au dépourvu. Klähn et Uta Loheit déposèrent une demande d'autorisation du Neues Forum pour Schwerin. Comme partout ailleurs, la légalisation du mouvement fut rejetée catégoriquement. Le 2 octobre 1989, 800 personnes se rendirent à l'église Saint-Paul pour participer à l'assemblée constitutive de Neues Forum.

Le Neues Forum enregistra un deuxième succès de taille à Schwerin le 23 octobre. Il organisa une manifestation du lundi, à laquelle la direction de district tenta d’opposer sa propre manifestation. Celle-ci tourna au désastre pour le Parti : 40 000 personnes manifestèrent pour obtenir des changements dans le pays, pour le Neues Forum, contre le SED. La plupart des participants étaient venus à l’origine pour le rassemblement du Parti, mais très vite, ils passèrent dans le camp des porteurs d'espoir. C'était aussi un succès personnel pour Martin Klähn.

Le jeune homme avait vécu la fracture sociale au sein de sa propre famille. Son père et sa mère faisaient partie des piliers du régime, et lui, le fils, virait dans l'autre camp. Dès novembre 1987, il avait sympathisé publiquement avec les personnes arrêtées et persécutées à la suite de la perquisition à la Bibliothèque de l'environnement de Berlin-Est. Au lendemain de la Révolution, que lui-même ne nomme pas ainsi, parce que ses espoirs et objectifs ne se sont pas réalisés, il restera engagé politiquement. Il s'investit dans la formation professionnelle et politique des adultes. Sans l'obstination de Martin Klähn, le Nord du pays se serait réveillé encore plus tard. 

Ilko-Sascha Kowalczuk

Blog aufrufen
Kontakte aufrufen
zum Seitenanfang